Un bel article consacré au Bistrot de Riboux

Accueil/Articles/Actualités, Presse/Un bel article consacré au Bistrot de Riboux

Un bel article consacré au Bistrot de Riboux

La solidarité n’est pas un vain mot au sein de notre Communauté d’Agglomération Sud Sainte Baume. Le journal Var Matin a consacré une double page sur le bistrot de Riboux, dont voici la retranscription:

C’est un bâtiment de rêve qui va permettre au minuscule village niché au pied de la Sainte-Baume de retrouver un nouveau souffle. Avant l’inauguration prochaine, nous avons pu le visiter.
Il n’a pas encore été inauguré officiellement, mais a déjà accueilli un grand rendez-vous.
Lundi dernier, les vœux de la communauté d’agglomération Sud Sainte Baume (CASSB) ont été adressés depuis le tout nouveau Bistrot de pays de Riboux.
C’est d’ailleurs sa maire, Suzanne Arnaud, qui avait lancé les festivités dans un discours empli d’émotion où elle fut prise aux larmes: « Je voulais vous dire merci, d’abord à vous, mon président (Ferdinand Bernhard, Ndlr), mais aussi à tous les maires de la communauté d’agglo. J’espère que vous viendrez souvent déjeuner au Bistrot de pays de Riboux. Vous y serez les bienvenus et je vous aime. »
La maire, en poste depuis 37 ans, explique: « Nous avons la chance d’avoir la communauté d’agglomération parce que Riboux n’existerait plus sans elle. Au début il y avait quelques réticences, quelques discussions, mais c’est normal, comme partout les choses ne se font pas du jour au lendemain. Le résultat est là et c’est le plus important. »
Et ce résultat est plutôt impressionnant, prodigieux même. L’architecte du projet, Marie Parente, reste modeste malgré les multiples félicitations reçues: « C’est un bâtiment assez simple, mais il y a eu des exigences financières puisqu’il ne fallait pas trop dépenser de sous. »
600.000 euros de travaux
Le coût des travaux s’élève à environ 600.000 euros toutes taxes comprises.
Pour réaliser cet établissement, l’architecte a fait le choix de le surélever. Elle explique: « On ne voulait pas qu’il soit à ras du sol. Cela nous a permis de le mettre de plain-pied avec la pinède pour profiter de ces espaces-là. C’est vrai qu’ici l’idée est de communier avec la nature. On a voulu mettre des matériaux naturels, il y a de la pierre des tuiles, on n’a pas essayé d’inventer. »
Le bâtiment qui devrait être en fonction très prochainement est établi sur 200m² et devrait pouvoir accueillir environ 300 personnes.
Au-delà d’un bistrot traditionnel, il sera tout simplement multifonctions, selon celle qui fut en charge du projet: « L’idée c’est de faire un accueil tourisme, une épicerie, un bar, un bistrot et un petit point de rencontre pour ceux qui habitent ici, comme il n’y a aucun espace. C’est ensuite le mobilier qui va donner les fonctions. Tout regrouper dans un seul bâtiment, c’est aussi faire des économies. »
Pour les amoureux de la nature
Après la chapelle du Saint-Pilon qui avait subi il y a maintenant plus de deux ans de gros travaux, ce nouveau lieu, qui sonnera sans aucun doute comme un point de rencontre au pied de la Sainte-Baume, va redonner un nouvel élan à Riboux, plus petit village en nombre d’habitants (une cinquantaine) de la CASSB.
Suzanne Arnaud témoigne pourquoi cet établissement était crucial pour la survie du village: « Riboux, ça me tient à cœur depuis que je suis née donc ça ne date pas d’hier (rires). Depuis qu’il n’y avait plus de restaurant, c’est vrai que nous n’avions plus aucun lieu de convivialité. Cela va nous permettre de recevoir les randonneurs, les associations, les gens qui aiment la nature, parce qu’à Riboux, il faut aimer la nature. Ce n’est pas les monuments historiques. »
Ne pas impacter l’environnement
Comme pour son village pour lequel elle donnerait tout, Suzanne Arnaud est également une fervente défenseuse de l’environnement qui l’entoure: « Au fil des années, j’ai eu la chance d’avoir avec moi un conseil municipal et des gens qui aiment la nature et qui ont souhaité conserver à Riboux son âme, c’est-à-dire un petit village niché au cœur de la nature, pour nous c’était l’important. Le béton n’est pas de mise à Riboux, même s’il en a fallu pour cette splendide bâtisse. »
Après neuf mois de travaux, il ne reste plus que quelques ajustements à effectuer, ce qui permet à la maire de conclure: « Aujourd’hui, je suis heureuse, très heureuse. Mon souhait maintenant c’est de trouver qui a envie de s’investir à Riboux, de faire de la bonne cuisine, de recevoir les gens avec le sourire et la convivialité qui va avec. »
Candidatures possibles jusqu’au 24 février
S’il n’est pas encore en fonctionnement, le Bistrot de pays de Riboux ne devrait pas tarder à accueillir ses premiers clients, si l’on en croit la maire, qui espère une ouverture très prochainement: « Normalement, on part sur le début du printemps. Actuellement, il y a un marché d’offres qui a été ouvert et pour lequel il y a eu pas mal de demandes. »
Cet enthousiasme naissant est synonyme de succès pour Suzanne Arnaud: « C’est une très très grosse satisfaction. Ça fait longtemps que l’on n’a pas connu cela. Depuis qu’il n’y a plus aucun restaurant dans le village je pense. Les possibles futurs gérants ont jusqu’à fin février (le 24 février précisément) pour répondre et à partir de là, on pourra ouvrir. Il n’y a pas de souci, il y a tout ce qu’il faut! »

Par | 2020-01-22T07:39:21+00:00 22 janvier, 2020|Actualités, Presse|