Revue de presse autour des Floralie’s: « Grandiose », « spectaculaire », « unique au monde »

Accueil/Articles/Actualités, Presse/Revue de presse autour des Floralie’s: « Grandiose », « spectaculaire », « unique au monde »

Revue de presse autour des Floralie’s: « Grandiose », « spectaculaire », « unique au monde »

De très nombreux médias sont venus couvrir les Floralie’s et les superlatifs ont été nombreux pour rendre compte de ce festival unique au monde. Panorama des reportages et articles consacrés à cet évènement:

TF1: Journal de Jean-Pierre Pernaut
Var Azur
France 3
Infos 83

Var Matin: Interview de Yannick Blot (voir retranscription ci-dessous), Interview de Ferdinand Bernhard (voir retranscription ci-dessous), Floralie’s à Sanary: que le spectacle commence, Les premiers visiteurs sous le charme des Floralie’s, Le pouvoir des Fleurs à Sanary, Les Floralie’s à la folie, Les Floralie’s de Sanary: Spectaculaire,

La Provence: Les Floralie’s de retour à Sanary, Avec Les Floralies, la ville se pare de ses plus beaux atours

Sites: ouest-var.info, le Var et Vous, Ouest-Var.net

Radios: France Bleu Provence, Radio Côte Varoise

Institutionnels: Ville de Sanary, Agglomération Sud Sainte Baume,  Sanary Floralie’s, Sanary Tourisme

Revoir photos et vidéos Page Facebook Ferdinand Bernhard.

Extrait de l’interview de Ferdinand Bernhard pour Var Matin:
A la veille de la clôture des 11e Floralie’s, Ferdinand Bernhard, le maire de Sanary, jette des fleurs à une édition exceptionnelle qui avait hier déjà généré 10 000 entrées payantes et qui, comme toutes les autres, restera longtemps gravée dans les mémoires. Jusqu’aux prochaines, dans quatre ou cinq ans ».
« Au troisième jour des Floralie’s, quel est votre sentiment »?
C’est une grande fierté que d’apporter du bonheur à tous ceux qui viennent visiter les Floralie’s. Dans la vie d’un homme et d’un élu, apporter un tel niveau de satisfaction unanime c’est tellement rare et exceptionnel que ça me comble de bonheur. C’est également très émouvant d’entendre les compliments, sachant que tout cela est dû aussi et surtout au travail des artistes. On a eu la chance de regrouper autant de personnes de talent »
L’occasion de mettre en valeur des savoir-faire et talents locaux?
Il y a certes beaucoup de meilleurs ouvriers de France, mais il y a aussi trois Sanaryennes qui ont réussi une prouesse et dont je voudrais saluer le travail: Isabelle Alarcon (Les Fleurs du paradis) à la Maison Flotte, Christelle Di Cristofaro (Les pointus-retour des îles) et Lili Savary (Le Plus beau marché de France) à l’Espace Eupalinos. Ce qui montre que chez nous, il y a des talents.
Des exemples à suivre?
Il faut aussi rendre hommage à tous ces fleuristes qui ont accepté de travailler avec les écoles: le lycée Langevin de la Seyne, le CFA de Croisy en Haute Savoie, la faculté des métiers de Cannes. Cela crée une occasion pour ces jeunes de voir le summum de ce que peuvent faire tous les professionnels de talent réunis ici à Sanary. Il est important que dans cette ville on sente que chacun est pris en compte. On a essayé de porter un regard sur tous, et les enfants en particulier. Je me réjouis aussi que les deux paroisses se soient associées à la manifestation avec beaucoup de réussite.
Le bénévolat a aussi beaucoup compté?
Oui et je salue tous ceux qui se sont proposés spontanément pour apporter leur contribution. Il faut aussi saluer toutes les équipes municipales. C’est réjouissant d’entendre les compliments à leur égard de la part des fleuristes. C’’est touchant et important ».
Selon vous, les Floralie’s participent-elles à la promotion de Sanary?
Les Sanaryens sont très fiers de leur ville. Les Floralie’s sont une occasion de faire découvrir Sanary à un grand nombre de personnes. Vous avez remarqué? Nous avons mis en place un fléchage très perturbant pour que les gens se perdent dans les rues et que cela leur donne envie de revenir découvrir les boutiques et les commerces… Souvent, d’ailleurs, on voit des Sanaryens guider les gens…
Tout ça avec des fleurs…
Quel moyen trouver pour valoriser aussi positivement une ville qu’en passant par la fleur? La fleur est sublime, et ici les fleurs ont été sublimées par des gens de grand talent. Tous ceux qui sont venus ce week-end vont parler longtemps des Floralie’s de Sanary… La preuve c’est qu’on me parle toujours des Floralie’s d’il y a quinze ans. La question que l’on me pose, c’est quand auront lieu les prochaines?
Les Floralie’s sont aussi un hommage au temps de l’opulence de la fleur coupée…
Au départ, l’objectif était de faire la promotion de la fleur du Var sur le site du marché floral d’Ollioules; aujourd’hui, il y a très peu de fleurs locales. On a acheté tout ce qu’on pouvait à Hyères, mais majoritairement, les fleurs viennent de toute la planète. Lorsque je suis devenu maire de Sanary, j’ai organisé encore une édition des Floralie’s à Ollioules avant de les déplacer à Sanary.
Cette année, quel est votre espace préféré?
Je n’ai pas d’espace préféré parce que l’on ressent partout de l’émotion à regarder ce qui a été fait. Les espaces d’exposition sont tellement différents les uns des autres! Il y a des sensibilités, des mises en scène différentes, il y a tellement de variétés de fleurs… Tous les fleuristes sont un peu fou, mais c’est une belle folie!
Et donc, quand auront lieu les prochaines Floralie’s?
Notre manifestation est unique au monde. C’est la fleur occupée qui fait la différence! Mais on ne peut pas organiser les Floralie’s tous les ans. Je pense que les prochaines auront lieu dans quatre ou cinq ans. Il faut éviter la concomitance avec d’’autres évènements , vérifier et éviter les dates de toutes les fêtes des mères dans le monde. Car c’est une période où les fleurs sont très chères et les fleuristes occupés… De plus, on achète quand même 350 000 fleurs…. Nous faisons nous-mêmes grimper les prix! Il y a une longue préparation artistique, administrative et technique. Et le budget de ces 11e Floralie’s s’est élevé à 750 000 euros.
Fêtes de fin d’année, Just’Rosé, Floralie’s, Régate de St Nazaire… La ville est animée toute l’année. Aviez-vous d’autres projets de manifestations?
Riche des enseignements de Noël dernier et de la réussite des festivités, on va essayer de travailler davantage les petites vacances scolaires. Non pas pour attirer les grandes foules,mais pour créer de la vile avec des animations paisibles, apaisantes et bon enfant.

Extrait de l’interview de Yannick Blot
*Comment avez-vous choisi les MOF?
J’ai choisi essentiellement des nouveaux, il n’y a que deux anciens. Des jeunes qui ont envie de se prouver qu’ils sont aussi bons que les vieux! Et surtout, des gens qui ne viennent pas pour prendre un chèque mais avant tout pour se faire plaisir et faire plaisir au public. Certains ne m’ont même pas demandé ce qu’ils vont gagner! Il faut noter aussi la participation de deux champions du monde.
*Quel est le plus gros défi dans cet évènement?
C’est que chaque décor plaisir aux visiteurs que les deux sept sites leur plaisent! Chacun veut essayer de faire le plus beau.
*Les thèmes ont—ils été imposés?
Non, il n’y avait aucune barrière. Chacun devait soumettre un projet très précis, détaillant le thème choisi, le nombre de fleurs qu’il comptait utiliser, les couleurs et harmonies… Chaque salle proposera ainsi un univers différents avec des fleurs différentes…
*Au cours de votre longue carrière, vous avez participé à des Floralie’s dans le monde entier. Quelle est la particularité de celles de Sanary? Ce sont celles où il y a le plus de fleurs coupées! Alors qu’ailleurs-que ce soit à Nantes, en Hollande, en Suisse ou en Allemagne-les Floralie’s proposent 90% de plantes et réunissent de gros horticulteurs et des importateurs qui vendent. Les Floralie’s de Sanary, ce n’est pas une foire, mais de l’art floral! Ici on utilise la fleur pour sa beauté , sa couleur, l’émotion qu’elle va susciter… Il n’y a pas de business!
*Que diriez-vous à un visiteur qui n’est jamais venu aux Floralie’s de Sanary?
Vois allez voir de l’art floral à l’état pur, ce que vous ne verrez dans aucune autre Floralie’s au monde! Le mot est le même mais pas l’évènement! A Sanary, c’est beau, ça sent bon, on ressent beaucoup d’émotion et quand on s’en va, on a envie de revenir.

 

Par | 2019-06-11T17:49:06+00:00 11 juin, 2019|Actualités, Presse|