Réélection à la présidence de l’Agglomération Sud Sainte Baume

Accueil/Articles/Actualités, Presse/Réélection à la présidence de l’Agglomération Sud Sainte Baume

Réélection à la présidence de l’Agglomération Sud Sainte Baume

Je suis très honoré de la confiance que m’ont accordé mes collègues de l’Agglomeration Sud Sainte Baume pour une élection qui transcende les clivages politiques. Merci à eux ! Nous allons poursuivre à œuvrer pour l’intérêt général, à préserver cette solidarité avec les communes du haut pays et à avancer! Nous continuerons bien évidemment l’école du développement durable pour nos enfants et nous franchirons une nouvelle étape pour les classes numériques avec le déploiement de la robotique !

L’Article de Var Matin:
Le maire de Sanary a été réélu ce vendredi président de la communauté d’agglomération Sud Sainte Baume avec 69 % des suffrages exprimés. Seul le maire de Bandol s’était présenté contre lui.
L’élection de nouveaux maires dans trois des neuf communes qui composent le territoire de Sud Sainte Baume n’a finalement pas bouleversé l’équilibre du conseil communautaire. Le président sortant Ferdinand Bernhard, maire de Sanary, a été réélu hier avec vingt-neuf voix sur quarante-trois à la tête de la communauté d’agglomération.
Candidat lui aussi à la présidence, le maire de Bandol Jean-Paul Joseph – dont le groupe dispose de quatre voix -, soutenu par celui du Beausset Edouard Friedler – six voix -, a recueilli treize suffrages (un bulletin blanc).
Avec un scénario visiblement bien préparé par les opposants de Ferdinand Bernhard, les manœuvres n’ont pourtant pas manqué pour tenter de déstabiliser le président sortant (voir ci-dessous). En vain.
« ça me touche beaucoup »
Reconduit à la présidence de Sud Sainte Baume en dépit de la procédure judiciaire en cours à son encontre – que n’ont pas manqué d’évoquer ses adversaires – Ferdinand Bernhard s’est montré ému et reconnaissant, tout en restant combatif.
Après avoir adressé des remerciements, tout d’abord « aux électeurs Sanaryens qui [lui] ont permis d’être ici » et à tous ceux qui l’ont aidé pendant cette campagne, il s’est adressé à ses « collègues amis » qui ont voté pour lui : « C’est quelque chose qui me touche beaucoup. Je traverse une période de turbulences que je ne souhaite à personne, a déclaré Ferdinand Bernhard. (…) C’est un privilège de porter votre confiance. En 2014 j’étais le seul candidat, aujourd’hui les choses sont plus claires. Cela prouve que la confiance transcende les clivages politiques un peu artificiels. Je compte sur ceux qui m’ont fait confiance pour travailler pour ce territoire, beau et riche de talents. »
Le président a également remercié tous ceux qui l’ont accompagné lors du précédent mandat : le personnel de l’agglomération, les personnes qui ont été omniprésentes pendant le Covid, Miloud et surtout le directeur de cabinet de Sud Sainte Baume Alexandre Doriol, qui l’accompagne depuis seize ans : « Il m’a apporté énergie, travail, honnêteté, fidélité. »

« Besoin de solidarité »
Après avoir rappelé les missions de l’agglo et rendu hommage au travail des maires – « pierres angulaires de toute vie citoyenne » -, Ferdinand Bernhard a insisté : « Notre territoire a besoin de solidarité entre grandes communes et plus petites communes, entre le littoral et le haut-pays. » Une solidarité qui selon lui « n’a pas manqué » lors du précédent mandat : « C’est une grande fierté. »
« Nous sommes là pour travailler pour les habitants du territoire, a-t-il conclu. A tous ceux qui m’aiment je souhaite un très bon mandat ; à tous ceux qui ne m’aiment pas je souhaite un très bon mandat. »

Bien qu’ayant entendu deux maires « dire des choses pas très agréables » à son égard, Ferdinand Bernhard a décidé de « ne pas s’abaisser à réduire le nombre de vice-présidents », qui sont toujours les huit autres maires des communes de l’agglo.
Le premier d’entre eux est celui de Saint-Cyr Philippe Barthélemy, qui succède à l’ex-maire du Beausset Georges Ferrero (qui n’était pas candidat aux municipales dans sa commune). Il a été élu avec 34 voix.
Viennent ensuite, dans l’ordre :
2e vice-président :
René Jourdan, maire de La Cadière (38 voix).
3e vice-présidente :
Suzanne Arnaud, maire de Riboux (39 voix).
4e vice-président :
Blandine Monnier, maire d’Evenos (38 voix).
5e vice-président :
René Castell, maire du Castellet (38 voix).
6e vice-présidente :
Hélène Verduyn, maire de Signes (41 voix).
7e vice-président :
Edouard Friedler, maire du Beausset (30 voix).
8e vice-président :
Jean-Paul Joseph, maire de Bandol (28 voix).

Jean-Paul Joseph et ses alliés ont tente deux coups
C’est une pièce en trois actes qui s’est jouée ce vendredi dans la salle des fêtes du Plan du Castellet où le conseil communautaire était réuni pour élire son président. Jean-Paul Joseph et ses alliés avaient eux-mêmes écrit les deux premiers.
Premier acte : Après la proposition, par René Jourdan, de la candidature de Ferdinand Bernhard, le maire de Bandol propose la sienne. Recevant dans la foulée les soutiens d’Edouard Friedler, Emilie Guerel (députée et élue à Bandol) ainsi qu’Emmanuel Serra (élu d’opposition à Sanary), qui se sont tour à tour exprimés.
Deuxième acte, Jean-Paul Joseph évoque « une autre solution » : proposer, à sa place, la candidature de René Jourdan : « Ce serait un honneur de vous avoir comme président ; vous êtes un homme de consensus, de rassemblement, et vous le méritez. »
Face au refus catégorique du maire de La Cadière – « Ce n’est pas du tout dans mes intentions, c’est une éventualité que je n’ai même pas envisagée » -, celui de Bandol ne désarme pas. Questionné sur le maintien de sa candidature, il répond : « Oui… A moins que Philippe…», invitant du regard le maire de Saint-Cyr Philippe Barthélemy à s’exprimer ; Saint-Cyr, la deuxième grosse commune de l’agglo après Sanary qui, avec ses huit voix (dont deux d’opposition municipale), aurait pu jouer un rôle d’arbitre dans cette élection.
Nouvel échec pour Jean-Paul Joseph. Après avoir justifié sa position, Philippe Barthélemy déclare : « Je ne suis pas candidat à la présidence. Je suis candidat pour travailler, faire avancer les choses avec une volonté de consensus. Mon choix est fait. Le vote est à bulletin secret, j’adresserai un message amical à celui pour qui je voterai. »
Le troisième acte s’est joué dans les urnes. Dont le verdict a été sans appel.

Par | 2020-07-15T15:42:28+00:00 15 juillet, 2020|Actualités, Presse|