« Pour les enfants, les randonneurs, les chasseurs et les associations… Sanary lance un vaste projet d’aménagement d’un fort du XIXe siècle en ruine »

Accueil/Articles/Actualités, Vidéos/« Pour les enfants, les randonneurs, les chasseurs et les associations… Sanary lance un vaste projet d’aménagement d’un fort du XIXe siècle en ruine »

« Pour les enfants, les randonneurs, les chasseurs et les associations… Sanary lance un vaste projet d’aménagement d’un fort du XIXe siècle en ruine »

La commune va s’atteler prochainement à la restauration du fort du Gros Cerveau (Est). Nous œuvrons depuis de nombreuses années à la préservation du patrimoine communal. Parallèlement, nous développons depuis plus de 10 ans un Programme d’Education à l’Environnement et au Développement durable. « L’école de la forêt », dont le but est de sensibiliser les plus jeunes à l’environnement, en est un axe majeur.  L’acquisition du fort et sa restauration ont deux objectifs majeurs. D’une part, la sauvegarde du patrimoine militaire. D’autre part, la volonté de créer un site pédagogique de sensibilisation à l’environnement. Dans son édition du 21 septembre, le journal Var Matin a consacré une double page à cette future restauration. Extrait de l’article:

« Lorsque l’armée est venue nous proposer de lui racheter le fort du Gros Cerveau, j’ai cru à une erreur car j’étais persuadé qu’il se trouvait sur le territoire d’Ollioules. En fait non, il est à Sanary. Tout comme j’ai découvert que le sommet du Gros Cerveau (429 m) se trouve aussi à Sanary ! » Ce vendredi, Ferdinand Bernhard,  le maire de Sanary-sur-Mer, s’est rendu sur le site en question, pour présenter le vaste projet de restauration de ce bâtiment militaire construit dans les années 1890 pour défendre la rade de Toulon.
Aujourd’hui en ruine, ses abords ne sont guère plus fréquentés que par des promeneurs amateurs de nature et de splendides diaporamas, ainsi que par une “bande” de chèvres et boucs de Rove qui y semblent parfaitement à leur aise, et toujours promptes à venir quémander auprès des bipèdes de passage un petit quelque chose à grignoter…
« une base pour l’Ecole de la forêt »
Elles ne se doutent sûrement pas que, d’ici décembre, leur tranquillité risque d’être un peu perturbée, car d’importants travaux vont débuter : « Sur notre PLU, on a fait ce qu’il fallait pour que, dans ce genre d’espaces magnifiques (Espace boisé classé), on puisse restaurer des bâtiments comme celui-ci, pour pouvoir ensuite les ouvrir au plus grand nombre, précise le maire de Sanary. L’objectif est de faire de cet endroit , mais aussi pour les randonneurs, les chasseurs, et pour les associations qui pourront se réunir ici. On envisage également d’en faire un lieu d’exposition permanente… Nous sommes encore en réflexion et toutes les bonnes idées seront les bienvenues. » Mais une idée lui tient particulièrement à cœur : « Le fort possède une galerie longue d’environ 160 m qui traverse la colline et nous pensons y réaliser une installation de type “son et lumière” en rapport, pourquoi pas, avec l’environnement…»
D’ici là, le fort du Gros Cerveau, bien que non classé au titre des monuments historiques, va bénéficier d’une restauration presque à l’identique : « C’est impressionnant de voir la qualité du travail réalisé à l’époque. Nous leur devons bien ça. »
La tâche s’annonce vaste car ne subsistent aujourd’hui que les murs des casernements, deux bâtiments qui pouvaient abriter plus de 150 hommes. C’est l’architecte Bruno Jouve qui chapeautera l’opération et les nombreuses entreprises affectées sur ce chantier, prévu pour durer trois ans, maximum. Le calendrier prévoit une suspension des travaux durant les périodes estivales, du fait de l’interdiction d’accès aux massifs.
Deux citernes souterraines
« On a déjà enlevé les gros végétaux qui avaient poussé un peu partout, on a installé une passerelle pour accéder facilement…», développe M. Jouve. Mais le vrai démarrage devrait avoir lieu en décembre, avec la première, et la plus importante, des trois phases annoncées : « Elle consistera à mettre le site en sécurité, en confortant le fort et le mur d’enceinte ; puis à restaurer les bâtiments : restauration des murs, pose de carrelage en terre cuite, réalisation d’une charpente traditionnelle en bois avec tuiles vieillies et génoises en deux rangs et gouttières en zinc raccordées aux citernes existantes. » Car oui, le fort est doté, en sous-sol, en plus d’un abri qui servait aussi à stocker des munitions, de deux immenses citernes de 160 m3. Si, aujourd’hui, elles sont raccordées à des vannes pour permettre aux pompiers de lutter contre les incendies, elles retrouveront bientôt leur fonctionnement d’origine : elles se rempliront grâce à la récupération de l’eau de pluie. L’architecte précise encore qu’à l’entrée du site, un pont en structure métallique avec portail métallique à deux vantaux sera réalisé.
La phase suivante intégrera notamment des énergies renouvelables (photovoltaïques…) et la dernière s’attellera à la restauration des plateformes, création de sanitaires et mise en sécurité des galeries, dont celles qui permettaient de relier la dizaine de postes à canon.
Pour prévenir vols et détérioration, le site sera placé sous alarme et sous vidéosurveillance. Et un gardien, domicilié sur place, veillera sur le site ressuscité. La chance ! »

Lire l’article en entier. Voir également les vidéos de la Ville de Sanary et de la CASSB.

Ferdinand Bernhard fort du gros cerveau

Par | 2019-09-22T11:54:30+00:00 22 septembre, 2019|Actualités, Vidéos|