Edito du mois de février

Accueil/Articles/Actualités, Éditoriaux/Edito du mois de février

Edito du mois de février

Extrait de l’édito du Mieux Vivre de février que vous pouvez télécharger sur le site de la ville.

« En ces temps où nous vivons au jour le jour, voire moins, il est difficile d’écrire un message qui sera publié quinze jours plus tard.
Tout peut changer d’un instant à l’autre.
D’abord, vous rassurer sur le fait que la ville de Sanary a proposé un centre de vaccination à Monsieur le Préfet du Var et au Directeur de l’Agence Régionale de Santé (ARS).
La salle polyvalente est équipée depuis le 15 janvier, c’est-à-dire que les liaisons téléphoniques sont prêtes, le matériel aussi : les cloisonnements, les tables, les chaises, les masques, les gants, les blouses, les charlottes, les chaussures, des lits de camps en cas de malaise. Le personnel pour assurer la propreté et l’hygiène des lieux est prêt aussi.
Il ne reste, pour ce qui nous concerne, qu’à chauffer le café et l’eau du thé. En effet, je ne veux pas que le travail se fasse à la chaine, mais qu’il y ait un accueil digne du respect que nous devons à chacun d’entre vous qui veut se faire vacciner.
(…)
Que manque-t-il donc ? un accord des services de l’Etat pour avoir le droit d’ouvrir le centre de Sanary et bien sûr les vaccins.
Je remercie les professionnels de la CPTS (Communauté Professionnelle Territoriale de Santé Var Ouest qui vient d’être labellisée par l’ARS) qui se sont proposés spontanément pour assurer la vaccination.
J’espère que les vaccins arriveront en quantité suffisante et que cela aidera le plus grand nombre à réduire leur angoisse face à la maladie et leur crainte de ne pas pouvoir être vacciné.
Dans l’attente, nous avons réactivé la cellule téléphonique dite «Covid» pour essayer de répondre au mieux, à votre questionnement (Tél.: 04 94 32 97 69).
Enfin, pour les personnes à mobilité réduite, nous avons prévu un véhicule adapté pour assurer leur transport vers le centre de vaccination.
Pour les résidents en maison de retraite (EHPAD), la vaccination aura lieu dans les établissements, toujours sur la base du volontariat.
Et pourtant, la vie continue certes sous des formes différentes, mais il faut avancer.
Nos responsabilités sont plus nombreuses, et il faut remercier ceux qui continuent à travailler avec efficacité dans les services municipaux, ou dans tous les organismes publics (poste, école, commissariat.), dans les entreprises aussi, pour assurer la continuité du service public mais aussi tout simplement la continuité de la vie économique.
J’espère que la situation va s’améliorer pour le commerce et en particulier pour les restaurants et les bars : ces lieux de convivialité, ces lieux de vie qui comptent pour beaucoup.
Pour ce qui concerne la ville, bien entendu, nous avons été à leur côté (et continuerons à l’être) : exonération des droits de terrasse, augmentation de 20% des surfaces pendant la saison estivale.
Les fêtes de Noël, bien au-delà de nos espérances, ont vu une affluence qui a permis aux petits commerces de retrouver un peu du bonheur d’être à l’ouvrage et d’avoir une belle clientèle.
Certes, l’affluence a posé quelques problèmes, que nous atténuerons l’année prochaine. Mais comment s’y préparer quand jusqu’au dernier moment vous ne savez pas si vous pourrez illuminer la ville ?
Mais à travers vos témoignages, j’ai bien compris que ces airs de fêtes dont s’était parée Sanary, vous avaient apporté un peu de réconfort en ces moments si complexes.
Oui il y avait, grâce au concours de tous et de chacun, de la magie dans notre ville.
Des familles entières, enfants, parents et grands- parents se sont retrouvées dans un lieu riche de cette lumière apaisante autour de bulles remplies de scènes oniriques.
Des moments qui font du bien à l’âme et qui forge, avec encore plus de force, notre fierté d’être sanaryens ».

Ferdinand Bernhard

Par | 2021-02-03T08:37:21+00:00 3 février, 2021|Actualités, Éditoriaux|