Edito du Mieux Vivre

Accueil/Articles/Actualités, Éditoriaux/Edito du Mieux Vivre

Edito du Mieux Vivre

Edito du Mieux Vivre (août 2020)

Nous pouvions espérer que la sortie du confinement coïnciderait avec un progressif retour à une vie enrichie de cette expérience sanitaire faite de surprises, de mensonges, d’insuffisances et de suffisance, de carences, et à l’opposé chez les soignants, de courage, d’abnégation et d’une grande humanité.
Cette période devait permettre à nos dirigeants de repenser beaucoup de domaines de compétences. Cela se fera-t-il ?
Il y a eu tant d’incompétences que le champ à labourer parait immense !
Espérons !!!
La fin du confinement nous laissait dans un domaine plus général espérer une reprise progressive et normale des activités : travail, culture, sport, loisirs, écoles et de tous les projets que nous espérons voir mis en œuvre.
A ce jour, la reprise des cas d’infection par le coronavirus nous impose de travailler à vue.
Nous avons programmé, à un degré moindre, les activités de la saison d’été en supprimant les spectacles attirant le plus de monde.
Nous nous sommes équipés de matériel pour parer à une nouvelle pandémie. Nous pouvons difficilement imaginer un confinement général ; il faudra donc être très opérationnels dans beaucoup de domaines et être solidaires dans bien des secteurs.
Nous avons mis en place la programmation du théâtre mais pourra t’elle se dérouler et dans quelles conditions ?
Nous préparons les fêtes de Noël depuis de longs mois, mais sera-t-il possible de se retrouver dans Sanary en lumière et en fête ?
La rentrée des classes va, si le virus persiste poser problème. Que va nous imposer l’Etat pour se dédouaner de toute responsabilité et faire peser l’opération sur les communes ?
A ce propos, savez-vous que l’Etat a annoncé qu’il verserait des subventions aux communes pour compenser en partie l’achat des masques ? Sanary n’aura pas droit à la totalité de cette aide. Nous avons acheté les masques trop tôt !!!
De même l’Etat va aider les communes pour les pertes de recettes subies, mais nous n’y aurons pas droit non plus. En 2020 nos recettes seront supérieures à celles de la moyenne 2017-2018- 2019, le produit des jeux du casino venant fausser le bilan de nos pertes !!!
Les travaux ont repris, y compris pendant la saison estivale ; les entreprises ont grand besoin de travailler, les artisans aussi. Cela va générer des nuisances pour certains, mais chacun comprendra que ce n’est pas par plaisir que nous faisons cela.
Car il faut bien le dire, à lire certains courriers, on finit par croire que des personnes, à l’esprit un peu spécial, imaginent que les élus prennent un malin plaisir à faire ou ne pas faire et le plus souvent à ne pas comprendre l’évidence.
Il en va ainsi des posidonies, herbe marine protégée qui dépose ses feuilles mortes sur le rivage. Interdiction de les enlever a fortiori sur une plage classée naturelle comme celle de Portissol.
Ce point étant posé, le stockage en bout de plage, autorisé, ne peut se faire qu’en début de saison estivale car les posidonies protègent l’ensablement. Mais cette année, à Portissol, il a fallu attendre la fin des travaux et le séchage du béton des « quais » pour que les engins puissent accéder sur le sable. Travaux qui ont pris, avec les coups de vent nombreux et la Covid, beaucoup de retard.
Voilà Portissol-plage, prête, les échelles à changer par l’entreprise qui n’a pas exécuté les recommandations que nous avions faites dès le début du chantier.
En un mot comme en cent, il y a les éternels grincheux, aigris et mécontents quoique nous fassions. Ils osent tout, c’est d’ailleurs à cela qu’on les reconnait.
Merci à tous ceux qui voient le changement, les améliorations, les efforts fournis, c’est d’abord pour ceux-là, ceux qui aiment Sanary, ceux qui aiment la vie et qui savent faire la part des choses que nous travaillons.
C’est notre petit bonheur, merci à vous.

Ferdinand Bernhard

Par | 2020-08-12T10:17:06+00:00 12 août, 2020|Actualités, Éditoriaux|