Edito du Mieux Vivre-Mai 2019

Accueil/Articles/Actualités, Éditoriaux/Edito du Mieux Vivre-Mai 2019

Edito du Mieux Vivre-Mai 2019

Notre Dame de Paris en feu, c’est le cœur de Paris, la plus belle maison de la chrétienté en France qui brûle. Des dons extraordinaires venus en nombre et en volume, certains s’émeuvent d’autant d’engagements financiers, criant au scandale. Les mêmes hurlant au stade pour encourager un footballeur acheté à coup de millions – Où est le bon sens ?
Où le trouver quand les passions ou l’émotion sont les plus forts ?
Le Président de la République qui cherche depuis des mois la solution la meilleure, ou la moins mauvaise pour régler une situation inconnue à ce jour.
Un président qui ne sait plus où donner de la tête.
Dès qu’il parle, dès qu’il bouge c’est un déferlement de critiques, quelquefois de quolibets.
Où est le bon sens entre un Président qui n’a pas compris son Pays et des opposants qui n’écoutent plus et ne veulent plus entendre ? Comment espérer devant une telle cacophonie ?
Notre Pays est dans la difficulté, pour le sauver il faut que chacun à sa place assume ses responsabilités avec le souci de faire de son mieux pour une réussite collective.
Comment peut-on espérer y arriver quand dans l’administration, aux postes de responsabilités, certains, toujours trop nombreux, par leur comportement créent du mécontentement à rendre fou le citoyen de bon sens ?
Comment s’y prendre pour arriver à modifier de tels agissements qui pénalisent notre société tout entière ?
Au moment où se développent les moyens de communication, pouvant créer du lien entre
les hommes, faire progresser notre société, leur usage est dévoyé par certains rendant impossible la lisibilité des messages.
Tout devient de plus en plus incompréhensible, de plus en plus illisible, au point que nous ne savons plus où peut aller notre société et que sera demain.
Aujourd’hui, il est nécessaire, plus que par le passé encore, de garder l’esprit aux aguets et d’essayer, je dis bien essayer, de prévenir des moments encore plus difficiles.
Nous ne savons pas vraiment la réalité et l’avenir des finances internationales, pas plus que de notre Pays.
Nous ne savons plus qui a la main sur notre économie, nous n’avons plus la conviction qu’il y a un pilote dans l’avion.
Tout semble de plus en plus aller à vau-l’eau, les événements générant les décisions.
Garder l’esprit aux aguets, pour nous, signifie ne pas s’engager dans des démarches douteuses ou chaotiques, préparer au mieux les lendemains de notre jeunesse comme ceux de nos ainés, réduire la voilure pour maîtriser au plus juste le navire en cas de mauvais temps, essayer de générer la création d’activités nouvelles sur notre territoire. C’est avoir, à chaque décision importante, le souci d’être en mesure d’atténuer les effets de tourments sur lesquels nous n’aurions pas prise.
Dans les heures qui ont suivi l’incendie de Notre Dame, une photo a circulé, montrant la croix de l’autel indemne au milieu du noir des cendres. Certains ont vu là l’image qui nous indique que quand tout va mal, il reste toujours une lumière au bout du tunnel.
Travaillons ensemble pour éviter à notre Pays des heures sombres. Nous en avons la capacité.
Gardons la Volonté!

Ferdinand Bernhard

Par | 2019-05-07T05:37:06+00:00 7 mai, 2019|Actualités, Éditoriaux|